Ce lundi, je me suis offert une petite session sur un lac du cantal. D'après les infos en ma posséssion, le lac est très très bas et la pêche y est très compliquée. Effectivement en arrivant je constate que le lac est vraiment très bas, c'est personnellement, la première fois que je le vois comme ça.

 

20161107_081841

20161107_112758

20161107_113218

20161107_113244

20161107_114215

 

J'attaque ma partie de pêche non loin de la mise à l'eau, je repère des boules de vifs avec des échos autours. Tout y passe: leurres souples en verticale en linéaire, jigging, tirette drop vif etc etc. Mis à part quelques petites perches, rien de concluant.

 

Peu avant midi je décide de changer complètement de secteur. Un petit coup de moteur et me voilà sur zone. Je tourne au moteur pour repérer les boules de vifs et je constate au sondeur que les blancs se tiennent assez profond. J'attaque à la tirette sans grand résultat. J'opte pour une technique un peu plus agressive, le jigging. A la fin de ma dérive, je capture une perche de 30 cm, pas folichon mais toujours mieux que rien et rien....c'est ce à quoi je m'attendais.

 

Une fois ma dérive terminée, je retourne à mon point de départ. et en arrivant je remarque un superbe écho, bien franc, juste sous le bateau. Je stop le bateau et me recale comme il faut au dessus de l'écho. Je descend mon jigging rap et à peine le premier coup de scion donné, grosse touche ferrage et je vois de suite que j'ai affaire à un beau poisson. Je le remonte lentement et je sens ses coups de tête. Je n'ai qu'une crainte c'est qu'il se décroche. Au bout de quelques secondes qui paraissent très longues, je le vois arrivé en surface. C'est un magnique sandre que j'estime entre 70 et 80, tout juste car il accuse 72 cm à mon mètre.

 

Malheureusement le poisson a subi un choc de décompression et malgré mes tentatives pour le faire repartir c'est peine perdu. Je garde donc mon premier poisson de l'année.

 

Un peu plus tard rebelote, un peu plus loin je repère une grosse boule de vifs, bien dense. Je descend mon leurre dedans et après quelques coups de canne une nouvelle touche franche. Cette fois c'est un peu plus petit mais pas vilain quand même. Je remonte un joli sandre de 57 qui repartira en pleine forme.

 

A 17 h et après plusieurs dérives, je quitte les lieux, content de ma journée et je remercie ces poissons qui se sont montrés coopératifs.